Kids Web Japan

Web Japan > Web Japan enfants > Hi-tech >La Nouvelle Technologie de Pointe Japonaise Permettant
d’Accéder au Cœur des Pyramide


Hi-tech

La Nouvelle Technologie de Pointe Japonaise Permettant d’Accéder au Cœur des Pyramides


Kunihiro Morishima, Professeur assistant au laboratoire de Physique fondamentale des particules, Du département de Physique de l' université de Nagoya, et son équipe installant un équipement à particules Muon, Regardant des plans dans la pyramide (Avec l'aimable autorisation de l’équipe de recherche)

Avez-vous entendu parler des pyramides d’Egypte? Vous avez sans doute déjà vu ces « célèbres ruines de pyramides colossales », au moins une fois à la télévision ou dans les journaux. Et pourtant, bien que célèbres, elles demeurent un mystère, pour la simple raison que l’on n’a jamais pu, jusqu’ici, répondre aux énigmes de leur construction, ou encore de ce qu’elles renferment. Des chercheurs japonais se sont donc attelés à révéler ces mystères au grand jour, à l’aide d’une technologie dernier cri.

Membres d’une équipe de recherche en train d’installer un équipement à particules Muon en face de la grande pyramide de Gizeh, près du Caire, capitale Egyptienne. Parmi les membres de cette équipe se trouve Kunihiro Morishima, Professeur Assistant au Laboratoire de Physique Fondamentale des Particules du département de Physique de l’Université de Nagoya (Avec l'aimable autorisation de l’équipe de recherche)

Membres d’une équipe de recherche en train d’installer un équipement à particules Muon en face de la grande pyramide de Gizeh, près du Caire, capitale Egyptienne. Parmi les membres de cette équipe se trouve Kunihiro Morishima, Professeur Assistant au Laboratoire de Physique Fondamentale des Particules du département de Physique de l’Université de Nagoya (Avec l'aimable autorisation de l’équipe de recherche)

Inspecter le Cœur des pyramides, sans les endommager

Des chercheurs de l’Université de Nagoya sont parvenus à mettre au point une méthode permettant d’explorer le cœur des pyramides, et ont rassemblé une équipe internationale regroupant des chercheurs japonais et français pour mener une étude de terrain. En tant que patrimoine culturel de l’humanité, les pyramides ne doivent subir aucun dommage, quand bien même pour le bien du savoir scientifique. Les chercheurs ont donc utilisé de minuscules particules contenues dans les « rayons cosmiques », lesquels traversent l’atmosphère, puis la terre, et se désintègrent en particules microscopiques au fil de leur traversée des éléments, jusqu’à devenir ce que l’on appelle des « particules Muon ». Ces particules se répandent à travers la terre à une vitesse avoisinant les 10000 particules/min/m2, et ont pour propriété de pouvoir traverser toute une variété d’éléments, bien que leur progression ralentisse significativement dès lors qu’elles entrent en contact avec une matière plus solide. On peut donc déterminer qu’une section de pyramide est pleine ou vide en observant les mouvements de ralentissement de la progression des particules envoyées au travers de leurs parois.

Les particules Muon font partie de l’un des plus petits types de matière, et sont produites par la désintégration des rayons cosmiques lorsqu’ils entrent en contact avec l’atmosphère terrestre.

Les particules Muon font partie de l’un des plus petits types de matière, et sont produites par la désintégration des rayons cosmiques lorsqu’ils entrent en contact avec l’atmosphère terrestre.

De nombreuses découvertes ont déjà été réalisées, telles que celle de la « Chambre du Roi » dans la grande pyramide de Gizeh (aussi connue sous le nom de Pyramide de Khéops). En Octobre 2016, l’équipe de recherche universitaire japonaise a annoncé avoir découvert, grâce à l’observation par particules Muon, davantage d’espaces ouverts, lesquels portent à penser qu’il existerait un long corridor menant au cœur de la pyramide. Néanmoins, les dimensions exactes de ces espaces restent encore à définir, et les recherches se poursuivent sur d’autres sections de l’édifice ainsi qu’avec des moyens d’analyses encore plus perfectionnés. La découverte et la définition des détails de ces nouveaux espaces constitueront une percée scientifique majeure.

La Pyramide du Khéops (à gauche) et la Pyramide de Khéphren (à droite), à Gizeh

La Pyramide du Khéops (à gauche) et la Pyramide de Khéphren (à droite), à Gizeh

Film is set up to observe muon particles in the space already discovered

Film is set up to observe muon particles in the space already discovered

Photos prises par vue aérienne

Un autre champ de recherches majeur est celui de la construction desdites pyramides. Certaines théories planchent sur un système de « traction sur rampe », consistant à acheminer les blocs de pierre du bas de la pyramide vers son sommet en les faisant coulisser sur une rampe adossée contre la paroi. Ces théories restent néanmoins incertaines, et ne peuvent expliquer à elles seules le procédé de réalisation de constructions aussi gigantesques.

C’est pourquoi une autre équipe de chercheurs de l’Université de Nagoya s’attache à schématiser les pyramides pour mieux en examiner les dimensions et les formes détaillées.

L’équipe s’attèle à relever des données de mesures détaillées au moyen d’un scanner laser ainsi que d’un drone, et procède par ailleurs à des prises de vues aériennes dans le but de cartographier les pyramides en 3D. Cette équipe fut la première au monde, en février 2017 et en partenariat avec une chaine de télévision japonaise, à réaliser une série de prises de vues haute définition de la Pyramide de Khéphren.

La Pyramide de Khéphren, avec le Sphinx au premier plan sur la gauche

La Pyramide de Khéphren, avec le Sphinx au premier plan sur la gauche

Prise de mesures d’une pyramide par scanner laser à Abousir, dans la banlieue du Caire, par des membres de l’équipe de recherche de l’Université de Nagoya, en collaboration avec l’archéologue Yukinori Kawae, de l’Institut d’Egyptologie Tchèque

Prise de mesures d’une pyramide par scanner laser à Abousir, dans la banlieue du Caire, par des membres de l’équipe de recherche de l’Université de Nagoya, en collaboration avec l’archéologue Yukinori Kawae, de l’Institut d’Egyptologie Tchèque

Drone prenant des prises de vues de la Pyramide de Khéphren (Avec l'aimable autorisation TV Man Union)

Drone prenant des prises de vues de la Pyramide de Khéphren (Avec l'aimable autorisation TV Man Union)

Modélisation en 3D de la Pyramide de Khéphren, réalisée à partir de données graphiques et de mesures détaillées (Avec l'aimable autorisation TV Man Union)

Modélisation en 3D de la Pyramide de Khéphren, réalisée à partir de données graphiques et de mesures détaillées (Avec l'aimable autorisation TV Man Union)

Jusqu’ici, on n’a jamais pu expliquer avec certitude comment les pyramides avaient été construites, mais les cartes et les modélisations détaillées réalisées par l’équipe de recherche au moyen de technologies de pointe pourraient bien révéler ce mystère.

Les chercheurs japonais misent donc sur ces technologies dernier cri, et poursuivent leur quête scientifique pour révéler les mystères des pyramides.